Soirée hors frontières

La momie

Projection en plein air
Vendredi 23 août 2019 à 20h45 - Théâtre antique (Arles)

Prélude

Films d'animation
Environ 15 min Ecole MOPA

Une série de courts-métrages sur la thématique de l’antiquité, réalisés avec une touche d’humour par les étudiants de la célèbre école arlésienne des métiers du film d’animation en images de synthèses.

Infos pratiques

Date et lieu

Tarifs

  • Plein tarif : 7 €
  • Tarif réduit : 5 €
    (Enfants (-12 ans), Etudiant (-26 ans), Adhérent Péplum, Adhérent Arelate, Billet du jour au Musée Départemental de l'Arles Antique, Carte d'abonnement ENVIA, Pass' monuments)
  • Pass 3 soirées : 15 €
  • Pass 6 soirées : 25 €

Animation

  • Ecole MOPA
  • Christophe Champclaux, Spécialiste du cinéma

Projection

  • Film diffusé en version française

Le film

La momie

La momie (1999)

Réalisé par : Stephen Sommers
Avec : Brendan Fraser, Rachel Weisz, John Hannah
Nationalité : Etats-unis
Durée : 125 minutes
Je joue seulement avec ma vie, jamais avec mon argent.

Synopsis

Thèbes d’Égypte, 1290 avant notre ère. Par une belle nuit, Anck-su-namun, la concubine favorite du pharaon Séti Ier rejoint en secret son amant, le grand prêtre Imhotep. Pour avoir défié le pharaon, ce dernier est momifié vivant et ensevellit dans une crypte d’Hamunaptra.
Désert de Libye, 1923. Le lieutenant américain Rochard O’Connell est le seul rescapé d’une expédition destinée à décrouvrir les vestiges de la cité d’Hamunaptra. Trois ans plus tard, Evelyn, jeune bibliothécaire du Musée du Caire, retrouve une carte indiquant l’emplacement de la fameuse Cité des Ténèbres. Elle convainc O’Connell de l’accompagner.

A propos

À l’origine il y a une poignée de nouvelles et romans gothiques pondus dans le sillage de l’Expédition d’Égypte par E.A. Poe (1845), Théophile Gautier (1857), Conan Doyle (1890), Guy Boothby (1899) et Bram «Dracula» Stoker (Le Joyau des Sept Étoiles, 1904). Tous yextes plus ou moins librement inspirés du conte de Satni-Khâemouaset et les momies dont Gaston Maspero a publié la traduction. La momie tiendra le cinéma sur les fonts baptismaux avec, dès 1899, un film de Georges Méliès, Cléopâtre : un égyptologue retrouve la momie de Cléopâtre, qui se réincarne.

La découverte de la Tombe de Tout Ankh Amon en 1922 et la malédiction y liée, va stimuler diverses productions. Dans les années ’30, Universal — célèbre pour ses Dracula, Frankenstein et autres Loup-Garou — lance toute une série avec La Momie (Karl Freund, 1932). La Main… (1940), La Tombe… (1942), Le Fantôme… (1944), La Malédiction… (1944). Ensuite la parodie s’empare du sujet : ce seront Wheeler & Woolsey (1936), «Les trois Stooges» (1948), Abbott et Costello (1955)…

Après une éclipse de près de dix ans, la momie atterrit sur les bords de la Tamise, dans les studios de la Hammer, où Christopher Lee l’initie avec La Malédiction des Pharaons (Terence Fisher, 1959). Viennent ensuite Les Maléfices de la Momie (1964), Dans les Griffes… (1965) et La Momie sanglante (1973), cette dernière est une adaptation de Bram Stoker, qui inspire encore La malédiction de la Vallée des Rois (Mike Newell, 1979) avec Charlton Heston. La Momie est, cette fois, une femme.

Universal, qui traversait une mauvaise passe financière, envisageait justement de revenir sur ses anciens succès d’avant-guerre en ressuscitant la Momie. Clive Barker, George A. Romero, Joe Dante, Mick Garris proposent leur scénario, cependant que Wes Craven décline l’invitation. Finalement c’est celui de Stephen Sommers — qui rêvait de surfer sur le succès d’Indiana Jones — qui est retenu. L’égyptologue Stuart Tyson Smith prodigue ses conseils, mais le film fait flèche de tout bois. Par exemple la momie se glissant sous les portes sous forme de vapeur est un emprunt à Dracula. Cette Momie, qui sortira en 1999, sera ensuite suivie d’un Retour de la Momie (2001) dont Stephen Sommers sera à la fois de réalisateur et le producteur, puis d’un La Momie : La Tombe de l’empereur Dragon (Rob Cohen, 2008) dont Sommers sera seulement le producteur. Le Retour de la Momie introduisait le personnage d’un invincible guerrier prédynastique, «le Roi-Scorpion». Il deviendra un personnage indépendant à travers pas moins de cinq téléfilms tous produits par Stephen Sommers !