Soirée hors frontières

Le seigneur des anneaux : le retour du roi

Projection en plein air
mercredi 22 août 2018 à 20h30 - Théâtre antique (Arles)

Le festival a promis des surprises et il tient parole… En ouvrant les portes du Théâtre antique à Bilbon et ses acolytes, il laisse s’exprimer des genres cinématographiques qui font référence au péplum et lui rendent hommage. Une soirée spéciale qui bouscule les idées reçues, et qui nous questionne sur ce qu’est un péplum.

Cette adaptation cinématographique de l’œuvre inégalée de Tolkien nous plonge dans un monde passionnant et imaginaire, la fameuse Terre du Milieu. Avec ses grandes batailles épiques, l‘ultime volet de la trilogie, dans son genre, se situe bien à la frontière du péplum.

Prélude

Traversée
Environ 15 min Gaëlle Ceratti et Séverine Didier

Depuis la nuit des temps l'homme cherche à comprendre le monde qui l'entoure. Il est tour à tour séduit, tenté, attiré, terrifié par ce qu'il ne peut expliquer et cherche sans relâche une brèche, un passage vers des univers différents de celui sa réalité. Bien sur, tant il y a de frontières, tant il y a de traversées, qu'elles prennent la forme de combats épiques, de récits mythologiques ou d'épopées fantastiques, et tous autant que nous sommes pouvons passer vers ces autres mondes… mais… encore faut-il pouvoir en revenir…

Conseils pour bien profiter

  • Les soirées peuvent être fraîches, pensez à prendre une petite veste.
  • N'hésitez pas à venir en avance pour prendre vos billets et vous installer tranquillement.
  • Le Théâtre antique est grandiose mais la pierre des gradins peut être inconfortable pour les derrières délicats. Nous vous conseillons de prendre un coussin pour plus de confort.

Infos pratiques

Animation

  • Gaëlle Ceratti, Danseuse/chrorégraphe
  • Séverine Didier, Danseuse/chrorégraphe
  • Christophe Champclaux, Spécialiste du cinéma

Projection

  • Film diffusé en version française
  • Version cinéma
  • Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des jeunes spectateurs.

Le film

Le seigneur des anneaux : le retour du roi

Le seigneur des anneaux : le retour du roi (2003)

Réalisé par : Peter Jackson
Avec : Elijah Wood, Ian McKellen, Viggo Mortensen
Nationalité : Etats-unis, Nouvelle-zelande
Durée : 201 minutes
Je ne peux le porter pour vous, mais je peux vous porter vous !

Synopsis

Guidés par le fourbe Sméagol, les Hobbits Frodon et Samsagace font route vers le Mordor, dans le volcan duquel ils espèrent détruire l'Anneau de puissance convoité
par Sauron, cause de tous les malheurs. Pour cela, il leur faut franchir les escaliers du col de Cirith Ungol, mais Sméagol les entraîne dans l'antre d'Arachné, l'araignée géante. Gandalf et ses compagnons arrivent à Isengard où, du haut de sa tour d'Orthane les guette le sorcier Saroumane, que les Ents retiennent prisonnier. Il est assassiné et le «palantir» (oeil magique de Sauron) tombe entre leurs mains.
Les armées de Sauron attaquent Minas Tirith, la capitale de Gondor - où l'intendant Denethor a pris le pouvoir. L'idée de Gandalf serait d'attirer les Orques sur cet abcès de fixation, afin de laisser la voie libre à Frodon. Ce royaume autrefois puissant n'a jamais autant eu besoin de rassembler ses alliés et, surtout, de retrouver son roi. Légitime héritier du trône du Gondor, Aragorn s'est rendu à la cour de Théoden avec Merry et obtient que les cavaliers de Rohan se joignent au combat. À Fondcombe, l'Elfe Elrond fait reforger l'épée brisée Narsil - qui avait appartenu au fondateur de Gondor, Elendil - et la fait parvenir à Aragorn. De leur côté Gandalf le Magicien, Gimli le Nain, l'Elfe Legolas et le Hobbit Pippin se rendent à Gondor, afin de conjurer Denethor de préparer la défense de sa ville. Mais, depuis la mort de son fils Boromir dont il rend responsable son autre fils, Faramir, l'Intendant désabusé est bien las.
Faramir échoue à défendre Osgiliath, un des points d'appuis de Minas Tirith. L'armée des humains est trop peu nombreuse. Se risquant à pénétrer dans Dimholt, «la Montagne Hantée», contre promesse d'une amnistie, Aragorn réussira à faire alliance avec une armée de spectres qui avaient autrefois failli à leur devoir.
C'est alors que se met en branle l'armée des Orques, avec ses tours roulantes, ses catapultes maniées par les Trolls, ses Nazgûl (lézards volants), ses titanesques éléphants, sa flotte des pirates d'Umbar...

A propos

Le Retour du Roi sera sans doute l'unique «péplum» de ce Festival où vous entendrez un personnage aspirer à «une bonne tasse de thé» ! J.R.R. Tolkien a mis beaucoup de la nostalgie du Warwickshire de son enfance, avant la révolution industrielle. Des fermiers britanniques qui étaient ses voisins, un en particulier servira de modèle pour Sam Gamegie. Ces êtres simples mais loyaux et courageux, il les avait aussi côtoyés dans l'épreuve des tranchées de la Grande Guerre où, à la Bataille de la Somme, il fut blessé.
Lieutenant au 11e bataillon de réserve des fusiliers du Lancashire, il vit tous ses amis d'enfance - sauf un - mourir dans ce conflit dont le souvenir hantera sa mémoire.
Le cycle du «Seigneur des Anneaux» est pessimiste : pas un seul personnage - pas même Frodon ou Sam - n'échappe à la séduction de l'Anneau maudit, l'Anneau du pouvoir, et à la tentation de se l'approprier. Catholique romain, «Tolkien croyait en un monde marqué par la chute du péché originel. Un monde dans lequel on ne peut pas réussir entièrement ni pour toujours, parce que nous sommes des créatures faillibles, imparfaites» (Verlyn Flieger). Quelque part, on peut songer à l'Anneau des Nibelungen, que le Nain Albéric avait volé aux ondines, Filles du Rhin. Des relents de mythologie nordique parsèment cette saga sans toutefois complètement la transposer en cette «Terre du Milieu» qui n'est autre que le Midgard dont parlent les Eddas. Également appelé Mannheim, «Terre des Humains», le Midgard est un niveau à mi-chemin entre Asgard (où résident les Dieux) et Helheim (le royaume des morts). Le Nain Gimli, qui vit sous terre dans les mines de la Moria, renvoie indirectement à Albéric. Gandalf réfère au Merlin du Cycle breton, tout comme Aragorn et son épée Narsil reconstituée renvoient au roi Arthur et à Excalibur scellée dans l'enclume. Quoique patriote, Tolkien n'appréciait que modérément la référence trop française à un cycle élaboré par les Plantagenet, lors de la postconquête normande. En fait, «Gandalf le Gris» serait surtout redevable à Odin, le grand dieu scandinave, l'infatigable voyageur avec son bâton, son grand chapeau et son long manteau. Philologue, linguiste, Tolkien a parsemé son oeuvre de subtiles réminiscences à son champ d'action personnel, notamment au vieil-anglais Beowulf dont il était un spécialiste. Il y a dans Gollum des caractéristiques du Grendel de Beowulf.
Ce n'est pas le moindre paradoxe si ce péplum borderline, ce péplum de fantasy écrit par un catholique imprégné du monde universitaire d'Oxford, masculin et conservateur devait - de l'autre côté de l'Atlantique - séduire un lectorat gauchiste californien d'hippies fumant de la marijuana, apôtres de la contre-culture écologiste et pacifiste. Parue en Grande-Bretagne en 1954-1955, La Communauté de l'Anneau ne démarrera aux États-Unis qu'avec l'édition de poche de 1965, cependant qu'à la télévision cartonnent Star Trek et, dans l'univers des comics, les publications Marvel.
Il existe deux éditions DVD, celle de 2004 après la sortie du film en salle, et une seconde de 2011 contenant pour chaque film environ 40' de scènes additionnelles. La Communauté de l'Anneau (2001) : 178' / 219' (+ 41') - Les Deux Tours (2002) : 172' / 214' (+ 42') - Le Retour du Roi (2003) : 192' / 240' (+ 48').