Soirée familiale

Les 12 travaux d’Astérix

Projection en plein air
Mardi 20 août 2019 à 20h45 - Théâtre antique (Arles)

Prélude

Spectacle de reconstitution historique
Environ 10 min Association Arelate et Légion 6 Ferrata

Pompa romaine (défilé) avec les bénévoles de l’association Arelate et la Légion 6 Ferrata.

"Les gladiateurs, héros de l’Antiquité"
Environ 15 min Association ACTA

Les Romains reviennent au devant de la scène avec ceux qui savent faire vibrer les foules : les Gladiateurs ! Spectacle de reconstitution avec son et image proposé par la société ACTA.

Infos pratiques

Date et lieu

Tarifs

  • Plein tarif : 7 €
  • Tarif réduit : 5 €
    (Enfants (-12 ans), Etudiant (-26 ans), Adhérent Péplum, Adhérent Arelate, Billet du jour au Musée Départemental de l'Arles Antique, Carte d'abonnement ENVIA, Pass' monuments)
  • Pass 3 soirées : 15 €
  • Pass 6 soirées : 25 €

Animation

  • Association Arelate
  • Légion 6 Ferrata
  • Association ACTA
  • Christophe Champclaux, Spécialiste du cinéma

Projection

  • Film diffusé en version française
  • Version remasterisée

Le film

Les 12 travaux d'Astérix

Les 12 travaux d'Astérix (1976)

Réalisé par : René Goscinny et Albert Uderzo
Avec : Roger Carel, Jacques Morel, Pierre Tornade
Nationalité : France
Durée : 82 minutes
Nous devons obtenir le laisser-passer A38

Synopsis

Lassé par la résistance de l’irréductible petit village Gaulois, l’Empereur César lance un défi à ses habitants : s’ils lui prouvent qu’ils sont des dieux, il s’inclinera devant eux. Mais comment lui apporter cette preuve ? Il suffit de marcher sur les traces d’Hercule qui en triomphant de douze travaux fut accepté parmi les dieux de l’Olympe.
Si les Gaulois remportent les épreuves difficiles envoyées par César, ils seront libres. Mais en cas d’échec, ils devront se soumettre à Rome. Face à ce défi, Astérix et Obélix sont désignés pour effectuer les douze travaux.

A propos

«En 1976, les studios Idéfix créés pour l’occasion donnent naissance aux Douze travaux d’Astérix qui est l’adaptation la plus réussie à ce jour. Mis au défi par César d’égaler les exploits d’Hercule, Astérix et Obélix s’attaquent à une série de douze épreuves dont ils sortiront bien sûr vainqueurs. Cette formule proche du film à sketches donne un bon rythme au film et le scénario combine avec habileté le dosage «ruse» (Astérix) et «exploit physique» (Obélix). Goscinny donne libre cours à son goût de l’anachronisme avec l’apparition d’une rame de métro à la station Alésia ou encore la satire des absurdités de l’administration. En clin d’œil, on peut apprécier l’introduction, dans une courte séquence, de l’indien Oumpah Pah, autre création célèbre du tandem Goscinny-Uderzo. Cette tentative réussie restera malheureusement sans suite jusqu’en… jusqu’en 1985 où la Gaumont annonce la sortie à Noël d’Astérix et la Surprise de César.»

Marcel Burel (Travelling, n° 9, octobre 1985)